Les Sentinelles ont validé leur billet pour les playoffs 2013 en enregistrant deux victoires le weekend dernier lors de l’avant dernier-tour de championnat. En déplacement à Nancy, les Alsaciens n’avaient besoin que deux 2 points pour être assurés de finir dans les deux premiers. Mais que ce fût dur…..Les Sentinelles ont livré là deux de leurs plus mauvaises performances depuis longtemps en produisant un jeu brouillon et fébrile.

Le premier match face aux Viking d’Ericsson fut pour le moins compliqué avec un engagement physique limite des deux côtés et beaucoup, beaucoup de fautes. Conséquence: un jeu haché, très souvent interrompu, des pénalités à foison. La première période a démarré on ne peut mieux pour les Sens avec un but du numéro 7, Bertrand Frerot,…..7 secondes après l’engagement! Assurément le but le plus rapide de l’histoire des Sentinelles…et peut être bien du floorball français! S’en est suivi une grosse passe d’arme avec Ericsson tout au long de la première période pour finir à 3-3. Les Sens, d’abord gênés par les balles en cloche dans le dos de la défense, ont vite remis les pendules à l’heure dans la 2è période en resserrant les boulons derrière et en fermant la porte. Résultat; 5 buts plantés sur les 40 dernières minutes et un seul encaissés. Une victoire nette 8-4 sur le poursuivant direct.

Ericsson Vikings vs Strasbourg Sentinelles : 4-8 (3-3 ;1-3 ;0-2)

 

Le second match aura été nettement plus compliqué. Face à un adversaire qu’ils avaient pourtant dominé au tour précédent, les Sentinelles sont arrivées trop confiant et ça a bien failli leur coûter très cher. Mal échauffés, pas concentrés et peu aidés il est vrai par un éclairage façon ambiance tamisée de salon de massage. Pourtant auteurs d’une première période solide (3-0), Strasbourg s’est ensuite totalement étiolé en seconde et en début de troisième….se faisant remonter à 3-3. Dormant au gaz, les Sens ont subi la loi de pucistes peu nombreux mais très bien organisés et volontaires! Mortifiés par une défensive en dessous de tout et complètement inefficace, ils ne doivent leur salut qu’à un exploit personnel de Bertrand Frérot qui a libéré le groupe en ajustant la gardienne parisienne d’une splendide lucarne (5-4). Mais que ce fut compliqué….

PUC2 vs Strasbourg Sentinelles : 4-5 (0-3 ;2-0 ;2-2)

Côté performances individuelles, soulignons les très bons matches de Benjamin Kiehl et de Jean-Charles Cottereau, ainsi que de Bertrand Frérot. Mention spéciale à Jean-Mich’ Comte pour son but….dommage que ce n’était pas le bon filet ;)
Mention aussi pour la gardienne Diane Hoehlinger qui signe contre le PUC à la fois son premier départ cette saison et sa première victoire.

 

De ces deux matches compliqués, et gagné dans la douleur, on retiendra avant tout la qualification pour les playoffs, pour la deuxième année de rang. Si la place de leader de poule est quasi assurée, il faudra néanmoins glaner au moins un point lors de la dernière journée à Besançon pour la valider totalement.

 

 

Laisser un commentaire